Pratyahara – Retrait des sens

Sutra 2.54: “Pratyahara, la maîtrise des sens, restaure le mental à son degré de pureté original”

T’as entendu cette dernière chanson trop GÉNIALE?”, “Quoi, t’as pas encore testé ce nouveau resto vegan !?”, “T’as essayé ces nouveaux leggings trop beaux?”. Meuf, toi aussi t’as tendance à avoir ce genre de discussions avec tes copines? Ben oui. Normal dans ce monde où est en permanence sollicitées. Et sur tous les fronts…. Nos sens sont continuellement stimulés et notre attention est perpétuellement occupée à enregistrer de nouvelles informations. Tu as déjà essayé savoir combien de temps tu étais capable de rester concentrée sur une seule et même activité sans que ton attention soit happée par autre chose? Je viens de faire le calcul. Ma meilleure performance est de… 2 minutes.

D’où l’importance de ce 5e pilier. La distraction permanente à laquelle nous sommes toutes sujettes peut nuire à notre propre pratique, qui devient parfois une lutte. Tu es sur ton tapis et là tout à coup, ton esprit t’emporte vers ta prochaine sortie shopping. Et là, impossible de revenir… On passe de la liste des courses au mail hyper important auquel on a oublié de répondre (montée de stress), à l’énumération de tout ce qui nous attend après le cours. Et HOP! L’esprit gagne la partie et t’empêche de te concentrer sur tes couches les plus profondes en ramenant toute ton attention vers le monde extérieur.

Pour expérimenter une vraie pratique méditative, il est primordial de se détacher de ces sollicitations permanentes. Sur le tapis, si tu réalises que ton esprit t’emmène ailleurs, reviens à l’observation de ta respiration (d’où l’importance de la pratique de Pranayama). Hors du tapis, entraîne-toi à faire la même chose. Quand une envie compulsive te prend, avant de faire quoi que ce soit, prend un temps pour revenir à ta respiration. Vois ensuite si tu cet irrésistible appel à la consommation est toujours là. Tu verras, avec l’habitude, ce genre de “crise” sera plus courte et moins fréquente.

La suite, c’est par ici!

Namasté,