Hors du tapis

En quoi le Yoga impacte notre assiette

18 mars 2020

Ici mes copines (et mes copains) vont bien se marrer.

Parce que oui je mange des graines. Et je trouve ça vachement bon. Et oui, je prône une alimentation saine (bio et locale). Qui plus est, je suis partisane d’un régime végétarien et même végétalien (aucun produit d’origine animale = rien qui a une maman).

Peut-être que toi aussi tu partages ce constat. Tu lis des livres et tu regardes plein de docus sur le sujet (normal tu fais du Yoga, donc tu as probablement entamé une réflexion sur testes modes de consommation et tes habitudes alimentaires). 

Petit plaidoyer de pourquoi manger végétalien

C’est meilleur pour l’environnement

15.000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kilo de bœuf. QUINZE MILLE. Même si ce chiffre est destiné avant tout à faire réagir (il faut le modérer), il n’en reste pas moins un fait incontestable que l’élevage industriel moderne a des effets désastreux sur l’environnement (déforestation, dégradation des terres, pollution des eaux, réduction de la biodiversité).

C’est meilleur pour le bien-être animal

Sans virer cucul, c’est quand même plutôt dingue de se dire qu’on fait naître des animaux dans l’unique but de les bouffer, non? La plupart des animaux « produits » industriellement ne voient la lumière du jour qu’une fois dans leur vie, au moment de sortir de leur cage pour monter dans le camion qui les envoie à l’abattage.

Et si on pense aux conditions d’élevage (privation de liberté, espaces trop petits, manque  de lumière, saleté ), à la torture (choc électrique, abattage violent sans anesthésie, mutilations infligées), comment se lécher les babines devant un steak ?

J’avais un prof à l’université qui disait que le jour où l’être humain prendrait conscience de la gravité du traitement infligé aux animaux d’élevage industriel, il sera rendrait compte qu’il s’agit du pire génocide de notre Histoire.

Je m’arrête ici et je laisse à B.B. le soin de faire sa tribune politique sur les bébés phoques. Mais si ça t’intéresse, je ne peux que te conseiller les excellents livres d’Aymeric Caron à ce sujet: No Steak et Antispéciste, ou Faut-il manger des animaux de Jonthan Safran Foer, ou encore Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aime) de Frédéric Lenoir.

C’est meilleur pour la santé

Antibiotiques, métaux lourds, hormones de croissance et autres substances douteuses sont injectées en quantité pour permettre aux animaux de devenir gros et gras. Ces matières ne sont pas digérées par l’organisme de l’animal. Elles sont directement assimilées dans le corps de celui qui consomme cette viande. Miam.

C’est une question d’éthique

Il y a suffisamment de ressources sur terre pour éradiquer la faim et nourrir tout le monde. Or, la plupart de ces ressources sont utilisées pour nourrir les élevages industriels, alors qu’on pourrait nourrir des gens.

Ça fait maigrir

LOL. Tu rêves.

Supprimer la bidoche?

Je suis assez convaincue par cet argumentaire (dont je viens de faire la version courte, je n’ai pas parlé de la consommation de produits laitiers ni des œufs). En général c’est le moment où on me demande si j’arrive à me tenir à mes belles paroles. Et là je baisse les yeux et je dis: « Ben pas tous les jours »… Et ma confession ultime : des fois j’aime manger un gros burger (surtout depuis que ma grossesse à vider mes réserves de fer). 

Toi aussi tu vis cette contradiction entre ton alimentation idéale et la réalité ? Pas besoin de se flageller pour autant. Tout est une question de modération. Il n’est pas toujours possible de changer radicalement ses habitudes de consommation. Arrêter de manger de la viande n’est pas nécessaire (par contre, on peut réfléchir à diminuer les quantités), mais soyons conscients de ce que nous consommons et de la manière dont ces aliments sont produits (en privilégiant par exemple la viande des petits producteurs et en bannissant celle des grandes surfaces).

C’est dans ce sens qu’on peut interpréter Ahimsa (non-violence).

Article précédent
Article suivant

You Might Also Like